Conseil d’Orientation

Conformément aux statuts, l’administration de l’association est collégiale. Le Conseil d'Administration (CA) est composé des membres fondateurs et des membres cooptés. En 2019, le CA a coopté Maria RUBIO, ancienne Directrice financière de Handicap International qui nous accompagne désormais dans l’analyse financière de l'association et Philippe RYFMAN, professeur et avocat au Barreau de Paris, spécialiste en droit des associations et fondations, qui a intégré le Conseil d'Administration en tant que référent pour le Forum Espace Humanitaire dont Alternatives Humanitaires a désormais la gestion.

Statutairement indépendant des organismes financeurs de la revue, le CA appuie néanmoins ses décisions sur les avis du Conseil d’Orientation (CO) qui fonctionne comme un conseil d’administration élargi. Le CO est consulté sur la ligne éditoriale de la revue et son évolution, ainsi que la stratégie de financement, de communication, de développement et de diversification des activités de l’association autour de la revue.

Le Conseil d’Orientation était composé de :

Membres du CA : Jean-François MATTEI, Benoît MIRIBEL, Jean-Baptiste RICHARDIER, Jean-Christophe RUFIN, Bernard MICHEL, Maria RUBIO, Philippe RYFMAN;

Représentants des partenaires financiers : Jean-Pierre BOSSER (Fondation Mérieux), Francis COMTE (OVE Foundation), Emanuela CROCE (Care-France), Romain DE VRIES (Secours Catholique), Luc LAMPRIÈRE (Institut HI pour l’Action Humanitaire), Karine MEAUX (Fondation de France), Pascal REVAULT (Fondation Action Contre la Faim), Bénédicte SCHUTZ (Gouvernement princier de Monaco/Direction de la coopération internationale), Virginie TROIT (Fondation Croix-Rouge française), Joël WEILER (Fondation de Médecin du Monde);

Membres cooptés : Francis CHARHON, Yvan CONOIR, Bruno-Georges DAVID.

Biographies

Jean-Pierre Bosser est depuis le 23 septembre 2019, Directeur Général de la Fondation Mérieux, spécialisée dans la lutte contre les maladies infectieuses, notamment à travers le renforcement des capacités locales des pays en développement. Ses actions visent à favoriser l’accès à un diagnostic de qualité essentiel à toute politique de prévention et de surveillance, et à une meilleure prise en charge des patients, cruciale notamment pour la santé des populations les plus vulnérables que sont les mères et les enfants.

Il était précédemment général d’armée et chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT) depuis le 1er septembre 2014. Atteint par la limite d’âge de son grade, il a pris sa retraite militaire le 31 juillet 2019.

Né le 14 novembre 1959 à Versailles, Jean-Pierre Bosser est un Saint-Cyrien de la promotion « Général Lasalle » (1979-1981), ayant effectué l’intégralité de sa scolarité au collège militaire de Saint-Cyr l’École, et poursuivi sa formation à l’école d’application de l’infanterie à Montpellier.

Au cours de sa carrière militaire, avant d’être promu CEMAT, il a occupé de nombreux postes à responsabilité :

  • Directeur de la protection et de la sécurité de la Défense à Paris (2012 - 2014)
  • Adjoint au sous-chef d’état-major « ressources humaines » à l’état-major de l’armée de Terre (2007-2008)
  • Directeur des formations d’élèves des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (2003 à 2005)
  • Différentes responsabilités de Chef de Bureau à la Direction du personnel militaire de l’armée de terre (entre 1996 et 2007)
  • Chef du centre opérationnel de l’état-major interarmées du commandement supérieur des forces armées en Nouvelle-Calédonie (1990-1992)
  • Il sert également le 8e régiment de parachutistes d’infanterie de marine à Castres à trois reprises, comme chef de section (1982 à 1985), officier adjoint puis commandant de compagnie (1986 et 1990), et enfin, après avoir été nommé colonel le 1er octobre 2000, en qualité de chef de corps (2001 à 2003).

Par ailleurs, entre 1982 et 2003, il a été régulièrement projeté sur le terrain au sein de forces multinationales de sécurité (Liban) ou dans le cadre d’opérations d’assistance française : opération Manta et Epervier au Tchad ; opération d’évacuation de ressortissants au Gabon, opération Trident au Kosovo à la tête de son régiment ; opération Boali en République de Centrafrique également à la tête de son régiment. Il mène en 1985 une mission d’assistance militaire technique auprès de la République islamique de Mauritanie.

Titulaire d’une citation, le général d’armée Jean-Pierre Bosser est Grand Officier de la Légion d’honneur, commandeur de l'ordre national du Mérite, commandeur de la Legion of Merit (États-Unis d’Amérique) et chevalier du mérite national Mauritanien. Il est également titulaire de la croix de commandeur de l’ordre du mérite de la République Fédérale d’Allemagne, de la médaille de la défense nationale portugaise de 1ère classe et de l’Ordre militaire de 1ère classe des Emirats Arabes Unis.

Marié, il est père de deux grands enfants.

Président - Groupe de Réflexion Urgence et Post-Crise (GRUPC)

Préside le Groupe de réflexion sur l’urgence et la post crise qui regroupe les principales ONG françaises. Ancien président puis DG de MSF, ancien Directeur Général de la Fondation de France. Actuellement dirige FCHconseil qui aide les associations et fondations dans la mise en place de leur plan stratégique, accompagne les dirigeants dans l’évolution de leur organisation et de leur management. Publications : Vive la philanthropieL’engagement social pour les nuls.

No Content

Yvan Conoir, MBA, MA, est Chercheur en résidence à la Chaire Raoul Dandurand en Études stratégiques et diplomatiques de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et enseigne au Master en Développement international et Action humanitaire de l'Université Laval (Québec).

Il a commencé sa carrière en humanitaire pour les Nations Unies puis diverses institutions canadiennes il y a plus de 30 ans. Il travaille depuis 10 ans comme consultant international pour le compte de la Banque mondiale, des NU (UNHCR, OCHA, UNICEF, UNDP, UNESCO, UN DPKO, UNV), l’Union européenne, l’ACDI, l’OAS, les Ministères des Affaires étrangères de France, du Canada comme de Suisse et autres institutions privées.

Il est l’auteur de différents ouvrages, « L'action humanitaire du Canada» (PUL-2002), « Faire la paix - concepts et pratiques de la consolidation de la paix» (PUL-2005) et « DDR – Désarmer, démobiliser et réintégrer – Défis humains, Enjeux globaux» (PUL-2006). Son dernier ouvrage vient de sortir aux Presses de l'Université Laval: « Gestion de projets de développement international et d'action humanitaire » (2016).

No Content

Bruno-Georges David est Président-fondateur de Communication Sans Frontières, créateur du Grand Prix de la Communication Solidaire et de l'Observatoire de la Communication Solidaire (OCS). Il organise les rencontres annuelles de la communication solidaire.

Il est Directeur de la communication et du développement de l’ONG humanitaire Secours Islamique France et occupa les mêmes fonctions au sein de l’ONG Action Contre la Faim. Il a été membre élu au Conseil d’Administration du Comité de la Charte et du Don en Confiance, et membre du Conseil Syndical de France Générosité à ce titre.

Bruno-Georges DAVID dirige la filière Communication de l’Economie Sociale et Solidaire à l’Ecole des Métiers et de l’Information (EMI) et enseigne à l’Université Paris-Est-Créteil (UPEC-PARIS XII) au sein du Master Politiques publiques parcours Action humanitaire internationale, ainsi qu'au sein du Magistère  de Communication CELSA - Ecole des hautes études en sciences de l'information et de la communication Paris-Sorbonne. ll est membre du Conseil d'orientation de la revue Alternatives-Humanitaires et membre du comité de perfectionnement de l’Institut Supérieur d'Economie et de Gestion (ISEG).

Bruno-Georges a été co-fondateur de l'ONG humanitaire Noir&Blanc et a été Vice-Président de Logistique Médicale Humanitaire, ainsi que Président et cofondateur de l’association Un Fauteuil à la Mer.

Il a préalablement travaillé dans les groupes pionniers de la communication tels Roux Séguéla Cayzac et Goudard (RSCG)  et PUBLICIS. Pour ce dernier il a dirigé des opérations de déploiement dans toute l'Europe de l'est et occidentale pour des marques comme Coca-Cola et L'Oréal. Il a effectué de nombreux lancements de produits y compris aux USA et en Inde, a lancé la marque Coca-Cola en Russie. Il a dirigé le groupe en Russie. Il a ensuite rejoint le groupe McCann-Erickson pour développer l'une des toutes premières offres de communication alternative pionnière sur le WEB.  Il a également fondé deux cabinets de conseils en stratégie marketing et communication et a ensuite rejoint le groupe TBWA en tant que Directeur Associé pour développer une offre spécifique sur le rapprochement entre les marques commerciales et non commerciales, ainsi qu’à travers des partenariats entre multinationales et ONG.

Bruno-Georges a collaboré avec de nombreuses entreprises (Coca-Cola, Nestlé, L'Oréal, Renault...) et ONG internationales lui conférant une expertise unique du marketing et de la communication commerciale et non commerciale en France et à l'international.

Il est diplômé du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques - Cycle de relations internationales approfondies, de l'Institut pour le Management International- Wolfesse - Pays-Bas et du FCB advanced Advertising Program Chicago, USA.

Romain de Vries. Responsable des urgences internationales au Secours Catholique - Caritas France, après plusieurs années dans les opérations au CICR en Afghanistan, Cisjordanie et République démocratique du Congo. A également travaillé dans divers secteurs privés en Côte d'Ivoire, Colombie, Malaisie...

No Content

Karine Meaux est responsable Urgences et Solidarités internationales à la Fondation de France depuis septembre 2017. A ce titre, elle initie et coordonne les engagements de la Fondation suite aux urgences majeures, telles que le séisme de 2015 au Népal et les ouragans dans les Antilles en 2017, et participe aux réflexions du secteur sur les questions humanitaires. Cette fonction comprend également un travail en collaboration avec le CFSI autour d’un programme de soutien à l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest (Pafao) et un partenariat avec d’autres fondations, italiennes et américaines, pour l’appui des organisations paysannes dans la même zone (Jafowa).

Auparavant, Karine a exercé plusieurs fonctions au sein de la coordination nationale des ONG françaises, Coordination SUD, où sa préoccupation principale a consisté à promouvoir, par divers moyens, un environnement et des conditions de travail plus favorables pour tout type d’associations de solidarité internationale. Ses formations en droit humanitaire international, en histoire et en langues l’avait conduite à partir de 2000 à travailler sur plusieurs continents au sein du réseau Caritas. Au siège comme chargée de projets Asie/Océanie, responsable des opérations suite au tsunami de 2004 puis coordinatrice des actions internationales/responsable qualité. Sur le terrain, sur des missions longues au Kosovo (2000-2001), au Sri Lanka (2006-2007) et au Tchad (2008-2009), essentiellement dans des phases de post-urgence, en appui aux partenaires locaux et autour de problématiques telles que la gestion de camps et la relance de la vie associative locale.

No Content

Benoît Miribel préside le Centre Français des Fonds et Fondations (CFF) depuis juin 2015. Il est le Secrétaire Général de la fondation « Une Santé Durable pour Tous ».

Il a été le Directeur Santé Publique de l'Institut Mérieux d’avril 2019 à juin 2020. Auparavant, il a assuré pendant 12 ans (2007-2018) la Direction Générale de la Fondation Mérieux, spécialisée dans la lutte contre les maladies infectieuses, en particulier dans les pays en développement. Il est également depuis juin 2013 Président d’Honneur d’Action contre la Faim (ACF), association qu’il a présidée de 2010 à 2013 et dirigée de 2003 à 2006.

Benoît Miribel assure également depuis juin 2015, la présidence de la Plateforme Logistique Humanitaire « Bioport » à Lyon. Il est co-fondateur du Forum Espace Humanitaire (FEH), de la revue bilingue « Alternatives Humanitaires » et de l’association Frienship France qui œuvre au Bangladesh. Il est membre du think-tank « Santé Mondiale 2030 » et du think-tank « Re(Sources).

Il a co-rédigé avec Alain Boinet en 2010, un rapport commandé par le Ministre des Affaires Etrangères et Européennes (B.Kouchner) sur l’évolution de l’action humanitaire et ses enjeux.

Il est membre du Conseil Supérieur de l’Economie Sociale et Solidaire (CSESS) et a siégé au Haut Conseil de la Coopération Internationale (HCCI) ainsi qu’à la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH).

Directeur du département expertise et plaidoyer d’ACF-France. Arrivé chez ACF en août 2018, médecin de formation et intervenant en sciences sociales à Paris 1 (IEDES), il a au préalable travaillé pendant dix ans comme directeur des opérations au Comité pour la santé des exilés à l’hôpital Bicêtre en France. Auparavant, et depuis 1991, il s’est engagé dans l’accès aux médicaments et la collaboration entre soignants sur la réponse à la pandémie par le VIH (Ensemble pour une solidarité thérapeutique en réseau), la couverture santé universelle et la transformation des relations soignants-soignés, les enjeux en santé environnementale (Groupe de recherche pour le développement rural) et la protection des demandeurs d’asile et des réfugiés (FNUAP-OMS).

Co-fondateur de l'ONG Handicap International ; administrateur de la revue Alternatives Humanitaires; membre fondateur de l'association United Against Inhumanity (UAI).

Son engagement dans le secteur social non lucratif a débuté au Chili au sein de la Fondation CONIN agissant en faveur de la Nutrition Infantile dans les secteurs défavorisés et précaires.

Ainsi, quelque temps après son arrivée en France en tant que réfugiée politique et installée à Lyon, c’est tout naturellement qu’elle s’engage aux cotés des fondateurs de Handicap International, en tant que responsable de la gestion comptable et financière puis Directrice des Finances. Elle y restera 30 ans jusqu’à son départ à la retraite en 2017.

Titulaire au Chili des diplômes d’Expert Comptable et d’Ingénieur Commercial, complétés par une maitrise en Sciences Economiques et un DESS en informatique de gestion réalisés en France, elle a mis ses compétences et sa motivation au service de l’action humanitaire au bénéfice des plus démunis.

Sa longue expérience dans ce secteur, lui a permis de bien comprendre les défis et les contraintes de la gestion financière des organisations de solidarité internationale, gestion écartelée entre la recherche d’efficience demandée par les financeurs et les organes de contrôle, et de l’autre, l’action du terrain au service des plus défavorisés dans des pays sous le seuil de pauvreté et souvent dans des contextes instables.

Jean-Christophe Rufin, né à Bourges dans le Cher le 28 juin 1952, est médecin, écrivain et diplomate français. Il a été élu en 2008 à l'Académie française dont il est le plus jeune membre.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment :

  • des essais sur l'humanitaire et le tiers-monde
  • des romans historiques (Rouge Brésil, L’Abyssin) et d'autres contemporains (Les causes perdues, Katiba) qui abordent tous les thèmes de la rencontre des civilisations et des questions telles que la solidarité, le terrorisme etc.

Ancien président d'Action contre la Faim, il a été ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie.

Carrière dans l'humanitaire

Comme médecin, il est l'un des pionniers du mouvement humanitaire Médecins sans frontières. Pour MSF, il a dirigé de nombreuses missions en Afrique de l'Est et en Amérique latine. Sa première mission humanitaire est menée en 1976 en Érythrée, alors ravagé par la guerre.

En 1985, Jean-Christophe Rufin devient le directeur médical d'Action Contre la Faim en Éthiopie.

Entre 1991 et 1993, il est vice-président de Médecins sans Frontières, mais quitte l'association au moment de la marche pour le Cambodge.

Entre 1994 et 1996, il est administrateur de la Croix-Rouge française.

En 1999, il est en poste au Kosovo comme administrateur de l’association Première Urgence, et dirige à l'École de guerre un séminaire intitulé « ONU et maintien de la paix ».

Président d'Action contre la Faim (ACF) à partir de 2002, il quitte ses fonctions en juin 2006 pour se consacrer davantage à l'écriture. Il reste cependant président d'honneur de cette organisation non gouvernementale (ONG).

Carrière dans les ministères et la diplomatie
Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris en 1980, il devient, de 1986 à 1988, conseiller du secrétaire d'État aux Droits de l'homme, Claude Malhuret.

En 1989-1990, il s'expatrie au Brésil comme attaché culturel et de coopération auprès de l'ambassade de France.

En 1993, il entre au cabinet de François Léotard, ministre de la Défense, comme conseiller spécialisé dans la réflexion stratégique sur les relations Nord-Sud, et le restera deux ans.

Directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques entre 1996 et 1999, il conduit la mission humanitaire française en Bosnie-Herzégovine. Il fait libérer onze otages français de l'association Première Urgence détenus par les Serbes de Bosnie. En 1995, il quitte le ministère de la Défense et devient attaché culturel au Nordeste brésilien.

Le 3 août 2007, il est nommé ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie. Il quitte ses fonctions d'ambassadeur au Sénégal le 30 juin 2010.

Philippe Ryfman - Professeur et chercheur associé honoraire, Université Paris I ; chercheur sur les questions non gouvernementales et humanitaires ; Avocat au Barreau de Paris (Cabinet Ryfman, Avocats) ; Co-fondateur du Forum Espace Humanitaire et Coordinateur de l’édition 2019

Philippe Ryfman (docteur en science politique et diplômé d’études supérieures de droit privé) est professeur et chercheur associé honoraire au Département de Science Politique et au Centre Européen de Sociologie et Science Politique de la Sorbonne (CESSP-Sorbonne), Université Paris I, Panthéon-Sorbonne. Il a dirigé le DESS puis Master « Coopération Internationale, Action Humanitaire et Politiques de Développement » (CIAHPD) au sein de cette université. Aujourd'hui, il poursuit des activités de chercheur sur les questionsnon gouvernementalesethumanitaires, notamment comme chercheur associé à l’Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaire (OCCAH), UQAM, Montréal.

Il assure ou a assuré divers enseignements de second et troisième cycle sur les problématiques principales des Organisations Non Gouvernementales (ONG) à l’international, de l'action humanitaire ou encore en droit international humanitaire. Tant à Paris I [CIAHPD ; cours et séminaire sur l’Action humanitaire ; séminaire Métiers de l’international], qu’au sein de diverses universités françaises (Evry, INALCO, IEP….) ou étrangères (Fribourg, Genève, Abidjan…). Il anime aussi des sessions de formation continue et cycles de conférences pour des centres de recherches, des instituts universitaires privés, des administrations, des entreprises, des associations et fondations. Il a effectué de nombreuses interventions – en France et à l’étranger – dans des colloques universitaires ou grand public et participé à diverses tables-rondes sur ses sujets de recherche.

Parmi ses ouvrages récents une première édition d’Une Histoire de l'humanitaireest parue en septembre 2008, dans la collection Repères (n° 522) des Editions La Découverte et a obtenu le prix du Palais Littéraire 2009. La seconde [largement refondue, actualisée et développée]a été publiée en juillet 2016. Tandis que la troisième édition [elle aussiaugmentée, révisée et amplement refondue] d'un autre Repères (n° 386), intitulé, lui, Les ONG, est sortie à l’automne 2014. Il a également (en français comme en anglais) contribué à divers ouvrages collectifs et écrit de nombreux articles pour des revues. Parmi ses publicationsde fraiche date figurent ainsi la contribution “Crises of Maturity and transformation in French NGOs”,in :Karl Blanchet et Boris Martin, Many Reasons to Intervene: French and British Approaches to Humanitarian Action, Hurst and Columbia University Press, London and New-York, 2011. Ou des articles tels que : « Les acteurs humanitaires non gouvernementaux. Pivots centraux mais contestés de l’aide humanitaire »dans le n° 56, juillet-août 2012 de Questions internationales ; « Les ONG françaises de développement et humanitaires : une autre « exception française » en Europe ? », Revue Mondes en Développement, 2013/1 (n°161). Toujours en 2013, il a rédigé pour les Notices de la documentation Françaiseconsacrées aux Relations internationales, le chapitre « Les Organisations Non Gouvernementales, L’affirmation d’un acteur non étatique sur la scène internationale ». Il a aussi concouru au dossier n°34 (mars 2013) de la revue Humanitaire, intitulé « Les nouvelles frontières de l’humanitaire : l’impasse syrienne ». Ou (novembre 2015) à la revue Exils et migrations ibériques, avec un article « L’impasse de la réponse par le camp au phénomène réfugié ». Ou encore (2017),  il a rédigé l’article « Le rôle des ONG : pionnier, stabilisateur ou perturbateur ? » du dossier spécial Le nouveau désordre internationaldes nos85/86 (mai-août 2017) de Questions internationales.

Enfin plusieurs ouvrages collectifs auxquels il a contribué sont sortis ces dernières années. Ainsi en mai et juillet 2016 : l’un consacré à la Santé mondiale. Enjeu stratégique, jeux diplomatiques, Presses de Sciences Po ; l’autre aux Figures des bénéficiaires dans l’action humanitaire. A la croisée des regards et des disciplines, Presses de la Sorbonne Nouvelle. Tandis qu’en 2018, est paru aux Editions MARE et MARTIN, Droit et Stratégies de l’Action Humanitaire, volume auquel il a donné une contribution intitulée « Eléments d’une sociologie des acteurs humanitaires ».Enfin en octobre 2019 sort un autre ouvrage collectif qu’il a codirigé avec Sandra SZUREK et Marina EUDES. Intitulé Droit et Pratique de l’Action Humanitaire, ce Traité est publié chez LGDJ/Groupe LEXTENSO. Par son ampleur (près d’un millier de pages), le nombre et la qualité des auteurs y ayant collaboré (87 issus de divers pays francophones ou non) , il constitue une « première » en langue française sur le sujet.

Membre du Comité de rédaction de la Revue Humanitaire(aujourd’hui disparue) et du Conseil scientifique de Questions internationales, il a – par ailleurs – assuré entre 2005 et 2008 la chronique « Société civile » du Monde Economie. Il continue de publier régulièrement des articles et tribunes dans divers media papier Le Monde, Libérationou en ligne (Huffington Post et The Conservation-France, notamment) et intervient régulièrement dans les media audiovisuels (France Culture, RFI, RCF, Sud-Radio, Radio Suisse Romande, Radio Vatican, France 24, TV5 Monde, France Info...). Il rédige régulièrement des recensions d’ouvrages pourAlternatives Humanitaires (revue bilingue français/anglais). Expert-consultant auprès d’institutions non gouvernementales et intergouvernementales, il a participé aussi à diverses évaluations de programmes d’ONG ou de Fondations et de politiques publiques, ainsi qu'à des missions d'études. A ce titre, en tant qu’expert indépendant il a – par exemple – contribué en 2016 à un rapport portant sur l’« Evaluation de la contribution des acteurs de la société civile à l’action de développement et de solidarité internationale de la France (2009-2015) » réalisé par le Cabinet EY.

Il est également avocat au Barreau de Paris [Cabinet RYFMAN, avocats]. Titulaire d'une spécialisation en droit des associations et fondations, il conseille et assiste de nombreux organismes sans but lucratif et leurs dirigeants. Il travaille également dans le domaine du droit patrimonial.

Ses engagements personnels en matière de solidarité internationale et de causes associatives s’inscrivent dans la durée. Dans les années récentes, il a appartenu – de 2005 à 2008 – à la Commission Urgence et Post-crise de l'ex-Haut Conseil de la Coopération Internationale (HCCI), à laquelle a succédé (depuis 2009) [après la dissolution du  Haut-Conseil] une structure [émanant de la société civile] baptisée GRUPC (Groupe de Réflexion Urgence et Post-Crise), dont il est membre fondateur et qu’il a co-présidé de 2015 à 2017. En 2011, il a participé au Groupe de travail (GT) qui a préparé avec les ONG, la CRF et les pouvoirs publics la première Conférence Nationale Humanitaire (CNH) réunie en novembre 2011. Puis après celle-ci – durant le premier trimestre 2012 – au GT qui a travaillé avec le Centre de Crise et de Soutien du Ministère des Affaires Etrangères à l’élaboration de la première version de la Stratégie humanitaire de la France.

Il a appartenu durant neuf années, jusqu’en juin 2013, au Conseil d’Administration de l’ONG ACF-F dont il fut aussi Vice-Président en 2005, 2006. Dorénavant, il participe à son Comité d’Analyse Stratégique (CAS). De 2008 à 2014, il a été également membre du Comité des Solidarités Internationales de la Fondation de France [composé d'experts indépendants statuant sur les demandes de co-financement]. De 2013 à 2018, il a appartenu au Comité de Pilotage Philippines/post-cyclone Haiyan de la même Fondation. Il participe aussi au Comité d'Ethique et de Déontologie de l'ONG Electriciens Sans Frontière (ESF). Depuis début 2012, il préside et anime le Comité de Parrainage/Comité des Projets du Fonds de dotation Barreau de Paris Solidarité, créé par l’Ordre des Avocats de Paris. Parallèlement, il siège aux Conseils d’administration d’ONU Femmes-France et de la Fondation Croix-Rouge Française.

Avec l’ancien Directeur Général de la Fondation Mérieux, et le Président honoraire de la Croix-Rouge Française, il est aussi le co-fondateur en 2009du Forum Espace Humanitaire (FEH), structure réunissant tous les 18 mois à Annecy les hauts dirigeants des organisations de solidarité internationales françaises (ONG, Croix-Rouge et Fondations) avec leurs partenaires privés et publics privilégiés (nationaux, européens et internationaux). Il continue d’en copiloter le Comité d’Organisation avec le Directeur Santé Publique de l’Institut Mérieux, la Directrice du Plaidoyer et des Relations Institutionnelles d’Humanité et Inclusion (HI) et la Directrice Générale de la Fondation Croix-Rouge Française. La 8èmeédition du FEH (dont il est le Coordinateur)  se déroulera toujours à Annecy en octobre 2019. Le Forum commémorera à cette occasion son 10ème anniversaire.

Il oeuvre aussi – au sein de divers groupes d’experts – à l’élaboration de scénarios prospectifs sur le futur de l’action humanitaire, ainsi que la société civile, sa place et son rôle à l’horizon 2025/2030. Entre mars et septembre 2015, il a ainsi été membre du Groupe de Travail (GT) mandaté par le Conseil d’administration de Coordination SUD (C-SUD) en vue de réaliser un exercice de prospective, dans la perspective de l’élaboration de son futur plan stratégique. Depuis 2018, il appartient à l’ONG LAB, structure assurant au sein de C-SUD une mission permanente de veille prospective et stratégique sur les enjeux prioritaires pour le milieu ONG, en produisant des éclairages et en offrant des espaces de décryptage. Le LAB – saisi à cette fin par le Conseil d’Administration de C-SUD – pilote des études confiées à des consultants extérieurs. La première sur La Localisation de l’aidesortira à l’automne 2019.

Ses axes de recherche actuels portent, d’une part sur la « Contre-Révolution anti-associative » (CRAA), sujet sur lequel il a publié en juin 2017 un article intitulé « Contrer la Contre-révolution anti-associative, un objectif de politique internationale », sur le site de The Conversation-France. Un livre sur cette thématique est en projet. De l’autre, il analyse l’impact de la robotisation, de l’automatisation ainsi que du numérique sur les pratiques et les cultures professionnelles de l’aide internationale (spécialement au sein du milieu ONG). Il travaille enfin sur la question des abus sexuels et de l’impact du mouvement MeTooau sein des personnels salariés des organisations d’aide. Ainsi que sur l’incidence sur le milieu ONG des législations et régulations de lutte contre le terrorisme mises en œuvre par de nombreux pays et Institutions Internationales.

Site internet http://www.philippe-ryfman.fr/

Bénédicte SCHUTZ a intégré la Direction de la Coopération Internationale de Monaco en 2007, à sa création, et a été nommée Directeur en avril 2013.

Avant d’intégrer la Coopération monégasque du Département des Relations Extérieures, Bénédicte SCHUTZ a œuvré durant de nombreuses années auprès d’associations sociales à titre bénévole et a travaillé au sein de plusieurs ONG internationales (Handicap International 1998-1999,  Fondation d’Auteuil 1999-2002).

De 2002 à 2004, elle est partie vivre au Mali où elle a travaillé pour l’Ambassade de France en qualité de Responsable du Fonds Social de Développement du Service de Coopération et d’action Culturelle.

Fin 2004, Bénédicte SCHUTZ a intégré l’administration monégasque en qualité de Déléguée de Monaco auprès de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), avant d’être nommée Responsable programmes, en 2007, à la Direction de la Coopération Internationale.

Licenciée en droit en 1993, Bénédicte SCHUTZ a poursuivi ses études en majorant un DEA de Science Politique à l’Université Paris II Assas, puis un DESS en Aide Humanitaire Internationale grâce au réseau NOHA de l’Union Européenne.

Virginie s’intéresse aux questions de l’aide au développement et de l’humanitaire dès sa première expérience professionnelle en ONG locale en Inde. Après un parcours de huit ans dans la gestion de projets internationaux dans le secteur privé en Allemagne (biotechnologie), elle s’oriente vers le secteur humanitaire, en continuité de missions bénévoles auprès d’ONG de droit de l’homme et au sein de services sociaux.

En 2004, elle est chargée de développer le partenariat « entreprises » auprès des sections du réseau de Handicap International (HI). En 2007, elle rejoint la plateforme régionale de Médecins sans Frontières (MSF), à Dubaï, puis à Abu Dhabi, d’où elle dirige le département de collecte de fonds et partenariats. A son retour en France en 2011, elle reprend des études en science politique. Ses recherches sur « l’image et l’aide internationale » la mènent à l’AFD pour une mission de plusieurs mois. Elle rejoint Jean-François Mattei pour la création et le développement  du Fonds Croix-Rouge française en 2013 comme déléguée générale. En 2018, Virginie est nommée directrice de la Fondation Croix-Rouge française pour la recherche humanitaire et sociale.

Virginie est titulaire d’un master en management (ESC Toulouse), d’un master en science politique (Panthéon-Sorbonne) et d’un diplôme d’éthique (Faculté de Médecine de l’Université Aix-Marseille). Elle est chercheure, administratrice de Handicap International France et membre du Conseil d’Orientation de la revue Alternatives Humanitaires.

Joël Weiler s’engage dans l’humanitaire en 1992. Diplômé de Bioforce, il travaille pour diverses ONG telles qu’Enfants du Monde-Droits de l’Homme (EMDH) ou Santé Mali Rhône-Alpes (SMARA) comme chef de mission au Darfour, Vietnam, Mali, Burkina Faso ou encore au Soudan de Sud et à Madagascar.

Fort de son expérience sur des programmes de développement et d’urgence, son parcours avec Médecins du Monde commence en novembre 2010 lorsqu’il rejoint l’association en tant que Coordinateur Général. Il exerce cette fonction pendant trois ans sur différents terrains de crise (Syrie, Turquie, Jordanie, Liban, Zimbabwe).

De retour en France, il assume fin 2013 la fonction de Responsable des Urgences puis de Directeur adjoint aux Opérations Internationales. Depuis le 1er avril 2017, il est Directeur Général de l’association.