La morale de « l’extrême urgence » en question

Droit et stratégies de l’action humanitaire Patrick Aeberhard et Pierre-Olivier Chaumet (dir.) Éditions Mare & Martin, 2019

Cet ouvrage trouve ses origines dans une rencontre : celle des acteurs de terrain issus de l’épopée humanitaire avec les juristes de la Faculté de droit de Paris 8. Médecins, journalistes, avocats, politiques, et militaires se sont ainsi retrouvés dans cette université aux idées jugées très souvent « avant-gardistes » afin de débattre du concept de l’accès aux victimes ici et là-bas. À l’origine, leur but était de contribuer au développement des grands axes déjà initiés par les ONG médicales françaises, mais également internationales. Reconnus en quelques années, ces droits nouveaux ont permis de passer du droit d’ingérence au droit d’accès aux victimes (1988), pour finalement aboutir au concept de la responsabilité de protéger des Nations unies (2005). Toutefois, ce droit humanitaire international doit encore et toujours se développer s’il veut devenir plus efficace. Les ONG en ont en grande partie la responsabilité.

Une réflexion au sujet de « La morale de « l’extrême urgence » en question »

  1. Ping : Sommaire – N°13 – Alternatives Humanitaires

Les commentaires sont fermés.