Archives de catégorie : A propos

Conseil d’Orientation

Conformément aux statuts, l’administration de l’association est collégiale. Le Conseil d’Administration (CA) est composé des membres fondateurs et des membres cooptés. En 2019, le CA a coopté Maria RUBIO, ancienne Directrice financière de Handicap International qui nous accompagne désormais dans l’analyse financière de l’association et Philippe RYFMAN, professeur et avocat au Barreau de Paris, spécialiste en droit des associations et fondations, qui a intégré le Conseil d’Administration en tant que référent pour le Forum Espace Humanitaire dont Alternatives Humanitaires a désormais la gestion.

Statutairement indépendant des organismes financeurs de la revue, le CA appuie néanmoins ses décisions sur les avis du Conseil d’Orientation (CO) qui fonctionne comme un conseil d’administration élargi. Le CO est consulté sur la ligne éditoriale de la revue et son évolution, ainsi que la stratégie de financement, de communication, de développement et de diversification des activités de l’association autour de la revue.

En 2019, le Conseil d’Orientation était composé de :

Membres du CA : Jean-François MATTEI, Benoît MIRIBEL, Jean-Baptiste RICHARDIER, Jean-Christophe RUFIN, Bernard MICHEL, Maria RUBIO, Philippe RYFMAN;

Représentants des partenaires financiers : Jean-Pierre BOSSER (Fondation Mérieux), Francis COMTE (OVE Foundation), Romain DE VRIES (Secours Catholique), Luc LAMPRIÈRE (Institut HI pour l’Action Humanitaire), Karine MEAUX (Fondation de France), Pascal REVAULT (Fondation Action Contre la Faim), Bénédicte SCHUTZ (Gouvernement princier de Monaco/Direction de la coopération internationale), Virginie TROIT (Fondation Croix-Rouge française), Joël WEILER (Fondation de Médecin du Monde);

Membres cooptés : Francis CHARHON, Yvan CONOIR, Bruno-Georges DAVID.

Conseil Scientifique

Les membres du Conseil scientifique exercent une veille a posteriori sur les choix éditoriaux de chacun des trois numéros et sont appelés à nourrir l’évolution de la revue. Le Conseil apprécie notamment le travail fourni par la revue au regard de l’origine et de la qualité des articles de chercheurs et de praticiens. Ses analyses sont transmises au Conseil d’orientation et au Comité de rédaction. A l’issue du 3e numéro de l’année, un bilan formel du travail éditorial pour l’année écoulée est effectué, à l’occasion d’un échange par télé ou visioconférence.

Le Conseil scientifique est composé de personnes physiques – chercheurs et/ou ensei-gnants – désignées par les universités et instituts partenaires. Au terme de deux ans de mandat, l’institution partenaire est invitée à renouveler son représentant ou à désigner unnouveau représentant.

Les membres du Conseil scientifique peuvent être sollicités par le Rédacteur en chef pour évaluer un article relevant de leur compétence ou identifier un expert au sein de leurs équipes. De la même manière, ils sont invités à identifier et proposer des auteurs potentiels ainsi qu’à diffuser les appels à contributions au sein de leur réseau. Ils peuvent égalementproposer des contributions personnelles ; toutefois celles-ci sont examinées conformément aux critères et procédures de sélection habituels.

Le Conseil scientifique est composé de :

Karl BLANCHET (CERAH – Genève) • Sophie BRIÈRE (Université Laval – Québec) • Gilles COLLARD (Institut Bioforce) •Yvan CONOIR (UQAM – Montréal/Chaire Raoul Dandurand) • Aimé Kouassi MALANHOUA (Université Félix Houphouët Boigny/Chaire Unesco pour la culture de la paix Abidjan)•Houwayda Matta BOU RAMIA (Université Saint Joseph/École Libanaise de Formation Sociale – ELFS, Beyrouth) • Dana POPESCU-JOURDY (Université de Lyon/ Université Lumière Lyon II) • Gautier PIROTTE (Université de Liège) • Nathalie RUBIO (UniversitéAix-Marseille/Centre d’Études et de Recherches Internationales et Communautaires -CERIC) • Frédéric MEUNIER & Jean-Pierre VEYRENCHE/ (École Supérieure de Commerce et Développement 3A).

Un projet collectif

Alternatives Humanitaires est une aventure fondamentalement collective puisque la revue a été cofondée par Jean-François Mattei, Benoît Miribel, Jean-Baptiste Richardier et Jean-Christophe Rufin avant d’entraîner d’autres partenaires dans son sillage.

La graine de cette initiative avait germé en septembre 2013, lors du 4e Forum Espace Humanitaire (FEH) organisé aux Pensières à Veyrier-du-Lac, durant lequel il fut admis que la voix des organisations humanitaires francophones dans les débats internationaux devenait de moins en moins audible. Comment, alors, contribuer aux débats sur les enjeux humanitaires avec un support accessible à tous en français et en anglais ? Comment développer l’analyse et la réflexion entre les acteurs humanitaires et le monde de la recherche, pour être en mesure de proposer des alternatives dans les modes d’intervention humanitaire ?

Afin de valider la pertinence d’un tel projet, un recensement effectué par le Fonds Croix-Rouge sous l’impulsion du Professeur Jean-François Mattei, permit d’identifier les divers supports existants sur l’action humanitaire internationale. À la suite de cette analyse, Benoît Miribel proposa une approche collective de façon à unir les capacités de différentes fondations intéressées par cet enjeu. Il organisa une première réunion en mars 2014 à Paris, afin de permettre d’aborder collégialement l’intérêt de lancer une revue bilingue appelée à faire le lien entre acteurs de terrain et acteurs du monde académique. Ceci pour contribuer à faire évoluer une approche systémique de l’action humanitaire. Jean-Christophe Rufin apporta dès la première réunion son soutien à cette initiative et Jean-Baptiste Richardier pu engager rapidement la Fondation Handicap International. Un groupe de travail se structura progressivement et deux ans plus tard, en février 2016, la revue Alternatives Humanitaires publiait son premier numéro sur les conséquences humanitaires de la crise sanitaire Ebola.

Bénéficiant dès son lancement de l’expérience de Boris Martin comme rédacteur en chef, la revue s’est dotée d’un Comité de rédaction indépendant des organes de gouvernance. Son directeur de la publication est Bernard Michel et Audrey Sala assure la coordination avec l’ensemble des parties prenantes. La revue s’est dotée également d’un Conseil d’orientation, d’un Conseil scientifique et d’un Comité des partenaires.

Lancée dans un premier temps par la Fondation Mérieux, la Fondation Croix-Rouge française, la Fondation Handicap International (désormais Institut HI pour l’Action Humanitaire) et la Fondation Action Contre la Faim, Alternatives Humanitaires bénéficie aujourd’hui du soutien d’une dizaine de fondations, qui contribuent chacune à un niveau de financement annuel de 15 000 euros (la Fondation Action Contre la Faim • la Fondation Bullukian • la Fondation de Recherche Caritas • la Fondation Croix-Rouge française • la Fondation de France • l’Institut HI pour l’Action Humanitaire • la Fondation Mérieux • la Fondation Roi Baudouin • La Fondation OVE • le Gouvernement princier de Monaco/ Direction de la coopération internationale).

Soucieux de développer les liens entre les mondes de la recherche et de l’action humanitaire, diverses universités, centres de formation et organismes de recherche rejoignent régulièrement la revue pour étendre son réseau et faire avancer de pair connaissance, réflexion et action.

 

Photo – © Alternatives Humanitaires

De gauche à droite:  Bruno David, Boris Martin, Virginie Troit, Serge Breysse, Jean-Christophe Rufin, Francis Charhon, Romain de Vries, Jean-Marc Boivin, Jean-Baptiste Richardier

Premier rang: Benoît Miribel, Bernard Michel

Comité de rédaction

Animé par Boris MARTIN, Rédacteur en Chef, le Comité de rédaction a pour mission de discuter, concevoir et arrêter la problématique des « Focus », de nourrir les différentes rubriques « Hors-dossier » et de proposer, prospecter et contacter le cas échéant les auteurs pressentis. Il veille au respect par les auteurs de la ligne éditoriale telle que définie dans la « Charte Alternatives Humanitaires ».

Le Comité de Rédaction est composé de :

Clara Egger

Clara Egger détient un master en science politique (2010) de Sciences Po Grenoble (Master Professionnel "Organisation Internationales - OIG-ONG") et un doctorat en science politique de l'Université Grenoble Alpes. Sa thèse de doctorat analyse les stratégies  gouvernementales de contrôle des ONG humanitaires au niveau uni et multilatéral, en étudiant particulièrement le cas de la France, de la Grande Bretagne et des Etats-Unis. Durant sa thèse, elle réalisa des séjours de recherche au Kosovo et au Kenya. Sa recherche reçut le prix du Fonds Croix Rouge et fut finaliste du prix Jean Blondel (ECPR). Elle dirigeait  le volet recherche du projet d'Encyclopédie Humanitaire visant à analyser comment les concepts centraux de la pratique humanitaire sont utilisés, compris et perçus. Elle est aujourd'hui professeure adjointe à l'université deGroningen. Ses intérêts de recherche portent sur les conceptions non-occidentales de l'aide humanitaire, le rôle de l'action humanitaire dans la politique internationales (et notamment son lien avec les interventions militaires) et la contestation armée des politiques étrangères occidentales.

Pierre Gallien

Directeur Impact, Information & Innovation à Humanité & Inclusion (Le nouveau nom d’Handicap International). Agronome de formation, Pierre a eu à cœur d’enrichir son cursus par des formations complémentaires dans les domaines du management (IAE), de l’épidémiologie (CESAM) et de la prospective stratégique (CNAM). Au cours de ses 25 années d’expériences dans le domaine de l’humanitaire, Pierre a exercé différents postes de responsabilités techniques (coordinateur technique, responsable du management des connaissances) et opérationnelles (Responsable géographique, Directeur des missions) pour Action Contre la Faim, Solidarités International et Humanité & Inclusion. Cette expérience éclectique de l’action humanitaire lui a permis de mieux comprendre les contraintes spécifiques des différents métiers mais aussi de souligner l’importance des approches transectorielles.

Vincent Léger

Vincent Leger est chargé de recherche à la Fondation Croix-Rouge française. Titulaire d’un doctorat en anthropologie (University College London) et d’un master professionnel en démographie (IDUP), il y est notamment responsable du suivi et de la valorisation des recherches soutenues par la Fondation sur l’action humanitaire et sociale.

Stéphanie Stern

Stéphanie est responsable du projet ACF Knowledge Lab, un projet pilote innovant visant à incuber de nouvelles approches, méthodologies et outils afin d’optimiser la gestion du savoir au sein du réseau international d’Action Contre la Faim et s’assurer d’une meilleure opérationnalisation du savoir par les équipes plaidoyer, technique, opérations et recherche.

Danielle Tan

Danielle Tan est docteure en science politique (Sciences Po/CERI, 2011) et chercheure associée à l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (IRASEC, Bangkok). Elle a poursuivi ses recherches post-doctorales en Australie (Australian National University) et aux Pays-Bas (International Institute for Asian Studies). Elle a enseigné les relations internationales, les études asiatiques et les enjeux du développement dans les pays du Sud à Sciences Po Paris, Nancy et Lyon. Avant de s’investir dans la recherche, elle a travaillé dans la Politique de la ville et l’Économie sociale et solidaire à Grenoble, mais aussi dans le champ du développement au Maroc, en Tunisie et au Laos. Elle a été lauréate de la Fondation Croix-Rouge française (2014) pour sa recherche « La transition humanitaire au Laos : une cartographie des acteurs, des dynamiques et des modes de gouvernance ». Elle a également coordonné les études et recherches pour Handicap International. Elle est actuellement consultante indépendante. Elle s’intéresse particulièrement à l’évaluation de l’impact social des nouvelles technologies dans le champ humanitaire.

Sophie Zaccaria

Sophie Zaccaria est kinésithérapeute et diplômée d’un master spécialisé en pratiques sociales du développement de l’IEDES (Institute of Economic and Social Development Studies). Elle a travaillé avec les Nations Unies à Gaza, en Afrique du Sud et au Cambodge, puis en France dans différentes ONG comme le CCFD-Terre Solidaire. Elle a enseigné et enseigne toujours dans différents masters d’actions de solidarité internationale à l’institut Senghor de la francophonie, l’institut catholique de Paris ainsi qu’à l’IEDES. Après avoir été en charge du département santé et plaidoyer à Médecins du monde elle est à présent  attachée à la direction générale en charge des dossiers transversaux.