Archives de catégorie : Appel à contributions

Appel à contributions pour le N°16 de Alternatives Humanitaires

Dans la perspective de son 16e numéro à paraître en mars 2021, la revue Alternatives Humanitaires lance un appel à contributions pour son dossier qui sera consacré au thème « Les violences sexistes et sexuelles dans l’humanitaire ». Si vous êtes acteur, chercheur ou observateur du milieu humanitaire international, et souhaitez soumettre un projet d’article sur ce thème, merci d’adresser un résumé de votre problématique et un plan provisoire (2 pages maximum) à l’adresse mail suivante avant le 26 octobre 2020 : contact@alternatives-humanitaires.org. Une réponse vous sera adressée le 2 novembre 2020 au plus tard.

La date de rendu de l’article final est fixée au 1er février 2021, le calibrage moyen se situant aux alentours de 15 000 signes, espaces compris (soit 2 400 mots environ).

Comme pour chaque numéro, l’appel à contributions s’étend aux articles et sujets « hors-dossier » qui pourraient rejoindre les rubriques « Perspectives », « Transition », « Innovations », « Éthique », « Reportage » ou « Tribune ».

Prévention, alerte et sanctions des violences sexistes et sexuelles : où en est l’humanitaire ?

Un dossier copiloté par Jan Verlin, chercheur postdoctoral à la Chaire géopolitique du risque de l’École normale Supérieure et chercheur associé au Centre de Sociologie des Organisations (CNRS-Sciences Po)

Début 2018, « l’affaire Oxfam » – plusieurs de ses employés sont accusés d’abus sexuels commis en Haïti après le séisme de 2010 – révèle que l’humanitaire n’échappe pas au fléau des violences sexistes et sexuelles. D’autres ONG, et des organisations internationales, dévoilent à cette occasion les « comportements sexuels répréhensibles » (« sexual misconduct ») ayant pu être commis en leur sein, à l’encontre de bénéficiaires directs, de populations vulnérables ou d’autres personnels humanitaires. En association-référence au mouvement MeToo, les hashtags AidToo et ReformAid font leur apparition, devenant les bannières sous lesquelles se rangent celles et ceux qui sont décidés à révéler, combattre et sanctionner les abus sexuels commis par des personnels évoluant dans le monde de l’aide internationale. En réaction, plusieurs organisations humanitaires expliquent les dispositifs déjà mis en place ou proposent de réformer leurs procédures de recrutement, de développer les formations sur les violences sexuelles et sexistes ou de revoir les mécanismes de sanction à leur disposition.

En octobre 2019, un rapport publié par la commission du développement international du parlement britannique fait état de progrès limités réalisés parmi les ONG en matière de transparence, certaines se montrant encore réticentes à publier le nombre d’allégations d’abus sexuels qu’elles ont reçues et le résultat des enquêtes. Quelques mois plus tôt, en France, Coordination SUD et ses organisations membres ont adopté une charte par laquelle elles s’engagent à mettre en place des procédures spécifiques pour prévenir et traiter les cas d’atteinte à l’intégrité physique et psychique des personnes, en particulier les violences sexistes et sexuelles. Ces procédures incluent la transparence sur les cas avérés, des mesures internes de sanction et le signalement à la justice. D’autres plateformes d’ONG en Europe (VENRO en Allemagne, Partos aux Pays-Bas, Bond au Royaume-Uni) s’inscrivent dans cette démarche tandis que les directions générales ECHO et DEVCO de l’Union européenne demandent des assurances identiques de la part de leurs ONG partenaires.

En somme, cette « affaire Oxfam » est devenue celle du milieu de la solidarité internationale dans son ensemble, représentant à la fois un moment de dévoilement de pratiques comme d’une possible transformation du secteur. On ne négligera pas pour autant l’impact de la pandémie de Covid-19 sur cette dynamique – comme sur d’autres – et les indices de sa priorisation ou de sa minoration dans un tel contexte.

Ce dossier se propose d’étudier comment la condamnation morale des violences sexistes et sexuelles se traduit en réformes organisationnelles. Il s’agit d’établir d’abord un état des lieux des dispositifs de lutte contre le harcèlement sexuel au travail et contre les violences sexistes et sexuelles à l’encontre de bénéficiaires directs, de populations vulnérables ou d’autres personnels humanitaires.

À partir de cette perspective, des articles pourront s’inscrire dans l’un des trois axes suivants :

1/ Saisir les violences sexistes et sexuelles dans l’humanitaire

Comment ces formes de violences sont-elles définies et catégorisées par les acteurs humanitaires ? Quels faits sont associés à quel type de violence ? Entre abus, exploitation, comportement repréhensibles et sexisme, quelle perspective privilégier pour nommer ces faits et pour quelle raison ? Quels dispositifs de repérage et de comptage de ces faits ont été mis en place ? Comment et à quel moment ces instruments ont été mis en place ? Quelles sont leurs limites ?

2/ Situer les violences sexistes et sexuelles

Existe-t-il des rapports sociaux et de genre spécifiques à l’origine de ces types de violence dans l’humanitaire ? Comment peut-on les situer dans l’imbrication des rapports Nord-Sud/pays riches-pays pauvres/pays stables-pays fragiles et des rapports de genre ? Quelle est la part des dynamiques de terrain et des rapports siège et terrain dans la reproduction de ce type de violences ?

3/ Lutter contre les violences sexistes et sexuelles

Quels sont les procédures et instruments mis en place par les acteurs humanitaires pour lutter contre ces violences au sein de leurs organisations ? Quels types de sanctions sont envisagés et comment ces dernières sont mises en place ? Quels sont les défis organisationnels dans le déroulement de procédures disciplinaires ? Quelles mesures de protection sont prises pour les victimes ? Comment les organisations humanitaires sensibilisent-elles leur personnel pour la lutte contre les violences sexuelles ? Quel est le rôle de procédures de recrutement dans la prévention de telles violences ?

Appel à contributions pour le N°15 de Alternatives Humanitaires

Dans la perspective de son 15e numéro à paraître en novembre 2020, la revue Alternatives Humanitaires lance un appel à contributions pour son dossier qui sera consacré au thème « Covid-19 : le monde d’après » (intitulé provisoire). Ce dossier, réalisé en partenariat avec The International Humanitarian Studies Association (IHSA), formera le second volet de la thématique Covid-19 déjà abordée dans le n° 14 à paraître fin juillet 2020 sous le titre « Covid-19 : impacts dans le champ humanitaire » Si vous êtes acteur, chercheur ou observateur du milieu humanitaire international, et souhaitez soumettre un projet d’article, merci d’adresser un résumé de votre problématique et un plan provisoire (2 pages maximum) à l’adresse mail suivante avant le 13 juillet 2020 : contact@alternatives-humanitaires.org. Une réponse vous sera adressée le 22 juillet 2020 au plus tard.

La date de rendu de l’article final est fixée au 5 octobre 2020, le calibrage moyen étant aux alentours de 15 000 signes, espaces compris (soit 2 400 mots environ).

Comme pour chaque numéro, l’appel à contributions s’étend aux articles et sujets « hors-dossier » qui pourraient rejoindre les rubriques « Perspectives », « Transition », « Innovations », « Éthique », « Reportage » ou « Tribune ».

Covid-19 : le monde d’après

Copiloté par Boris Martin, rédacteur en chef et François Grünewald, membre du bureau de l’IHSA 

Nous n’en avons pas terminé avec la pandémie de la Covid-19. Après avoir tenté de gérer, avec des résultats très variables selon les continents, l’épisode durant le premier semestre 2020, le monde se trouve confronté à de très nombreuses inconnues sur lesquelles des scénarios doivent encore être écrits.

Déjà abordés dans le n° 14 de la revue Alternatives Humanitaires à paraître fin juillet, les impacts de la Covid-19 sur l’aide internationale, en ses volets humanitaires et développementaux, doivent encore être identifiés, appréhendés, anticipés. Non plus seulement dans l’immédiat de la crise, mais pour les années à venir et dans l’ensemble des contextes dans lesquels ses effets vont encore se déployer. Et pour dessiner ces perspectives, il faut aborder les questions qui conditionnent l’aide humanitaire.

D’abord, quels vont être les impacts de cette première phase de crise sur les économies, et ce à tous les niveaux : celui – micro – de l’économie des familles et de la sécurité alimentaire, plus largement de la subsistance quotidienne ; celui – méso – des échanges villes-campagnes, au rythme des multiples (dé)confinements et des fermetures de frontières jouant sur la vitalité des marchés nationaux ; enfin celui – macro – des pays et blocs de pays liés à des échanges de proximité, des solidarités régionales, comme impliqués dans la mondialisation des échanges ?

Quels seront aussi les impacts de cette situation sur le multilatéralisme qui, déjà passablement affaibli auparavant, a encore montré davantage ses fragilités ? Il est pourtant toujours aussi nécessaire de trouver des solutions à la multitude des conflits dans lesquels les acteurs de la violence ont eu des stratégies très différenciées d’instrumentalisation de la pandémie. Le monde d’après sera-t-il capable de faire face aux crises de tous ordres à venir sur la base d’une gouvernance mondiale qui a rarement été aussi vacillante, non seulement dans le domaine sanitaire mais aussi géopolitique ? Qu’attendre, notamment, de l’ONU, alors que l’OMS paie le prix fort d’une gestion critiquée de la pandémie autant que de son instrumentalisation par les grands États, au premier rang desquels les États-Unis et la Chine ?

C’est dans ce maelstrom que l’aide humanitaire, tant celle qui répond à l’urgence des crises que celle qui accompagne les populations au long cours, va devoir elle aussi trouver sa place. Entre le retour encore très limité des acteurs internationaux sur leurs terrains habituels, la nécessaire montée en puissance des acteurs locaux autonomisés de fait, et le risque d’une baisse massive des financements tant privés qu’institutionnels, comment les acteurs de l’aide verront-ils leurs rôles évoluer ? Comment la solidarité va-t-elle se repenser ? Quels seront les impacts de cette « gestion de crise » sur les systèmes de santé ? Saura-t-on remettre l’anticipation et la préparation au cœur de ces derniers ? Serons-nous prêts si, face aux vulnérabilités de nos sociétés plus que jamais mises à jour, cette pandémie devait « rebondir » ou si, sur ses décombres, d’autres catastrophes majeures devaient survenir ?

Appel à contributions pour le N°14 de Alternatives Humanitaires

Compte-tenu de l’évolution de l’épidémie de Covid-19 nous avons pris la décision de reporter les dossiers « Violences sexuelles et sexistes » et « Entre politiques répressives et crispations identitaires, comment les ONG peuvent-elles aider les migrants ? » en 2021 pour consacrer nos deux derniers numéros de l’année aux impacts du COVID-19 dans le champ humanitaire. Nous ferons néanmoins en sorte, dans la mesure du possible, de ne pas négliger d’autres questions qui méritent toute notre attention, au fil de ces deux numéros comme sur notre site internet.

Nous vous remercions de votre compréhension. Continuer la lecture

Appel à contributions pour le N°13 de Alternatives Humanitaires

Dans la perspective de son 13numéro à paraître en mars 2020, la revue Alternatives Humanitaires lance un appel à contributions pour son dossier qui sera consacré au thème « Les impacts du changement générationnel sur l’humanitaire ». Si vous êtes acteur, chercheur ou observateur du milieu humanitaire international, et souhaitez soumettre un projet d’article, merci d’adresser un résumé de votre problématique et un plan provisoire (2 pages maximum) à l’adresse mail suivante avant le 16 décembre 2019 : contact@alternatives-humanitaires.org. Une réponse vous sera adressée le 20 décembre 2019 au plus tard. Continuer la lecture

Appel à contributions pour le N°12 de Alternatives Humanitaires

N°12 – Novembre 2019 : Démographie et enjeux humanitaires

Dans la perspective de son 12numéro à paraître en novembre 2019, la revue Alternatives Humanitaireslance un appel à contributions pour son dossier qui sera consacré au thème « Démographie et enjeux humanitaires ». Si vous êtes acteur, chercheur ou observateur du milieu humanitaire international, et souhaitez soumettre un projet d’article, merci d’adresser un résumé de votre problématique et un plan provisoire (2 pages maximum) à l’adresse mail suivante avant le 5 juillet 2019 : contact@alternatives-humanitaires.org . Une réponse vous sera adressée le 15 juillet 2019 au plus tard. Continuer la lecture

Appel à contributions pour le N°11 de Alternatives Humanitaires

N° 11 – Juillet 2019 : Humanitaire et changement climatique

Dans la perspective de son 11numéro à paraître en juillet 2019, la revue Alternatives Humanitaires lance un appel à contributions pour son dossier qui sera consacré au thème « Humanitaire et changement climatique ». Si vous êtes acteur, chercheur ou observateur du milieu humanitaire international, et souhaitez soumettre un projet d’article, merci d’adresser un résumé de votre problématique et un plan provisoire (2 pages maximum) à l’adresse mail suivante avant le 15 avril 2019 : contact@alternatives-humanitaires.org. Une réponse vous sera adressée le 17 avril 2018 au plus tard. Continuer la lecture

Appel à contributions pour le N°10 de Alternatives Humanitaires

Dans la perspective de son 10e numéro à paraître en mars 2019, la revue Alternatives Humanitaires lance un appel à contributions pour son dossier qui sera consacré au thème « Humanitaire des villes ». Si vous êtes acteur, chercheur ou observateur du milieu humanitaire international, et souhaitez soumettre un projet d’article, merci d’adresser un résumé de votre problématique et un plan provisoire (2 pages maximum) à l’adresse mail suivante avant le 12 décembre 2018 : contact@alternatives-humanitaires.org. Une réponse vous sera adressée le 21 décembre 2018 au plus tard. Continuer la lecture

Appel à contributions pour le N°9 de Alternatives Humanitaires

Dans la perspective de son neuvième numéro à paraître en novembre 2018, la revue Alternatives Humanitaires lance un appel à contributions pour son dossier qui sera consacré au thème « 1968-2018 : ruptures et continuités ». Si vous êtes acteur, chercheur ou observateur du milieu humanitaire international, et souhaitez soumettre un projet d’article autour de l’un des 5 termes évoqués dans la problématique, merci d’adresser un résumé de votre problématique et un plan provisoire (2 pages maximum) à l’adresse mail suivante avant le 5 juillet : contact@alternatives-humanitaires.org. Une réponse vous sera adressée dans les 15 jours de la réception de votre projet. Continuer la lecture

Appel à contributions pour le N°8 de Alternatives Humanitaires

Dans la perspective de son huitième numéro à paraître en juillet 2018, la revue Alternatives Humanitaires lance un appel à contributions pour son dossier qui sera consacré au thème « L’essor des nouvelles technologies : utilité, mésusages et sens ». Si vous êtes acteur, chercheur ou observateur du milieu humanitaire international, et souhaitez soumettre un projet d’article, merci d’adresser un résumé de votre problématique et un plan provisoire (2 pages maximum) à l’adresse mail suivante avant le 5 mars : contact@alternatives-humanitaires.org. Une réponse vous sera adressée dans les 15 jours de la réception de votre projet. Continuer la lecture

Appel à contributions pour le N°7 de Alternatives Humanitaires

Dans la perspective de son septième numéro, à paraître en mars 2018, la revue Alternatives Humanitaires lance un appel à contributions pour son dossier qui sera consacré au thème « ONG et secteur marchand : l’État arbitre ? », second volet du dossier n° 6 en cours de parution. Si vous êtes acteur, chercheur ou observateur du milieu humanitaire international, et souhaitez soumettre un projet d’article, merci d’adresser un résumé de votre problématique et un plan provisoire (2 pages maximum) à l’adresse mail suivante avant le 4 décembre 2017 : contact@alternatives-humanitaires.org. Une réponse vous sera adressée dans les 7 jours de la réception de votre projet. Continuer la lecture