Appel à contributions pour le N°21 d’Alternatives Humanitaires

Dans la perspective de son 21e numéro à paraître en novembre 2022, la revue Alternatives Humanitaires lance un appel à contributions pour son dossier qui sera consacré au thème dont le titre provisoire est « L’Inde : contre-modèle, alternative ou futur partenaire ? ». Si vous êtes intervenant, chercheur ou observateur du milieu humanitaire international, et souhaitez soumettre un projet d’article sur ce thème, merci d’adresser un résumé de votre problématique et un plan provisoire (2 pages maximum) à l’adresse mail suivante avant le 22 juin 2022 : contact@alternatives-humanitaires.org. Une réponse vous sera adressée le 27 juin 2022 au plus tard.

L’article final – rédigé en français ou en anglais – devra être rendu avant le 26 septembre 2022, le calibrage moyen se situant aux alentours de 15 000 signes, espaces compris (soit 2 400 mots environ). Six ou sept articles environ seront retenus dans le cadre de ce dossier.

Pour chaque numéro, nous étudions également les projets d’articles portant sur des thématiques en relation avec l’action humanitaire autres que celle du dossier, et qui trouvent place dans les rubriques « Perspectives », « Transitions », « Innovations », « Éthique », « Reportage » ou « Tribune ». Nous vous invitons à nous faire parvenir vos propositions.


L’Inde : contre-modèle, alternative ou futur partenaire ?

Un dossier/Focus copiloté par Pierre Micheletti, président d’Action contre la Faim, médecin, essayiste et écrivain
avec Boris Martin, rédacteur en chef d’Alternatives Humanitaires

Aux côtés du mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et des organisations spécialisées des Nations unies, les organisations non gouvernementales (ONG) internationales issues des sociétés civiles constituent la troisième des grandes familles d’acteurs internationaux. Encore largement issues de pays occidentaux, elles regroupent et organisent des citoyens exprimant l’ambition partagée de faire évoluer les politiques publiques dans leurs pays d’origine. Mais elles entendent aussi agir à distance de ces derniers pour déployer des actions de solidarité. Elles revendiquent ainsi d’intervenir au nom d’une commune humanité auprès de populations frappées par des crises politiques ou environnementales. La violence, les maladies transmissibles ou encore les défaillances en matière de besoins fondamentaux en constituent souvent le dénominateur commun.

Qu’elles le veuillent ou non, ces associations de solidarité perpétuent et exportent le modèle de sociologie politique dont elles sont le fruit au sein des démocraties européennes et nord-américaines qui les ont vues naître. S’il exprime une prétention à sa généralisation, ce modèle a-t-il pour autant valeur universelle ? Dans le monde multipolaire qui se construit au gré de vastes recombinaisons, d’autres puissances émergentes sont-elles susceptibles, demain, de permettre le déploiement de telles dynamiques pour renforcer le pouvoir d’agir, en somme de devenir les partenaires de ces organisations ? Ou bien sont-elles en train d’inventer des alternatives qui viendraient compléter en quelque sorte l’action de ces dernières ? Ou abritent-elles la naissance de contre-modèles qui viendraient concurrencer le « modèle occidental » au risque d’une « archipelisation » de la solidarité ?

Le présent numéro d’Alternatives Humanitaires se propose d’examiner cette question au travers du cas particulier de la République de l’Inde, fédération parlementaire représentant le deuxième plus grand pays au monde derrière la Chine.

Superpuissance en construction, candidate récurrente à un statut de membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, elle ne manque ni d’atouts ni de paradoxes pour, peut-être demain, pouvoir elle-aussi projeter hors de ses frontières des acteurs citoyens au service de la solidarité internationale.

Pays dans le peloton de tête des principaux producteurs de céréales au monde, il est pourtant l’un des épicentres majeurs de la faim comme de la sous-nutrition dont il tire argument pour interdire l’exportation de blé, une question majeure depuis l’invasion russe en Ukraine.

Grande-puissance économique et intellectuelle, elle est en même temps un champion de la pauvreté et de l’analphabétisme.

Démocratie longtemps citée en exemple, elle est en même temps une société qui institutionalise une logique stratifiée de castes, marginalise les populations tribales, combat une rébellion armée naxalite (maoïste) et voit se durcir la violence entre communautés religieuses.

Pays ouvert aux innovations scientifiques, industrielles, au multilatéralisme et au non-alignement, il est en même temps un État empreint d’un souverainisme parfois intransigeant comme il l’a prouvé en interdisant toute intervention des ONG internationales après le tsunami dévastateur qui a touché ses côtes en 2004. Forte de son long passé de non-alignement, l’Inde s’est aussi systématiquement abstenue lors des multiples votes onusiens appelant à condamner la guerre menée par la Russie en Ukraine.

Eu égard à ses forces et à ses faiblesses, comment le pays conçoit-il l’action humanitaire ? Là où les organisations issues des pays occidentaux déploient une assistance de substitution temporaire, souvent portée par des professionnels étrangers issus des métiers de la santé, les ONG indiennes mettent l’accent et les moyens en priorité sur le soutien et le redémarrage des activités génératrices de revenus : distribution de matériel agricole, restauration des flottilles de pêche, reconstruction des écoles et des postes de santé… En Inde, on inhume les corps des défunts, on confie les rescapés aux soins d’un système de santé souvent précaire dans les campagnes, mais on redonne espoir de lendemains meilleurs aux habitants d’une zone sinistrée.

Les ONG internationales projettent leurs compétences techniques dans l’espace, là où les organisations indiennes projettent les populations dans le temps long…

Et comment et à quelles conditions la société indienne pourrait-elle, à terme, générer des organisations humanitaires capables d’intervenir au-delà des frontières du sous-continent ? Le souhaite-t-elle seulement, ou ambitionne-t-elle de s’enfermer dans une forme de souverainisme humanitaire, décalque de son souverainisme étatique ?

À rebours d’un développement de rupture, peut-on imaginer un scénario où les potentialités identifiées en Inde viendraient nourrir le mouvement humanitaire mondial dans son ensemble ? Pourraient ainsi être mises à disposition de populations confrontées à des urgences majeures les compétences humaines et techniques dont le pays est à la fois un creuset et une pépinière. De même, l’expérience acquise par les ONG indiennes dans la gestion des catastrophes récurrentes liées aux cyclones – dans le golfe du Bengale en particulier – permettrait de compléter les réponses de solidarité ancrées dans la culture urgentiste – inspirée par les pratiques du SAMU pour les organisations françaises – et qui dominent aujourd’hui les modes opératoires des ONG internationales. Une telle démarche ne permettrait-elle pas, à terme, de réinventer, en l’internationalisant au sens plein du terme, le mouvement humanitaire international ? Ses pays donateurs comme ses acteurs sont en effet presque exclusivement occidentaux, un biais qui entretient depuis longtemps, dans le « monde majoritaire », le ressenti d’un humanitaire outil de softpower, figure symbolique d’une forme déguisée d’interventionnisme.

Nous espérons que différentes analyses, venues d’Inde et du monde entier, apporterons matière à réflexion pour ce nouveau numéro d’Alternatives Humanitaires.