Archives de catégorie : Appel à contributions

Appel à contributions pour le N°18 d’Alternatives Humanitaires

Dans la perspective de son 18e numéro à paraître en novembre 2021, la revue Alternatives Humanitaires lance un appel à contributions pour son dossier qui sera consacré au thème dont le titre provisoire est « La cause des migrants au péril de la montée des nationalismes : quelles voies pour les organisations de solidarité internationale ? ». Si vous êtes intervenant, chercheur ou observateur du milieu humanitaire international, et souhaitez soumettre un projet d’article sur ce thème, merci d’adresser un résumé de votre problématique et un plan provisoire (2 pages maximum) à l’adresse mail suivante avant le 2 juin 2021 : contact@alternatives-humanitaires.org. Une réponse vous sera adressée le 16 juin 2021 au plus tard.

L’article final devra être rendu avant le 4 octobre 2021, le calibrage moyen se situant aux alentours de 15 000 signes, espaces compris (soit 2 400 mots environ). Six ou sept articles environ seront retenus dans le cadre de ce dossier.

Comme pour chaque numéro, les rubriques « Perspectives », « Transitions », « Innovations », « Éthique », « Reportage » ou « Tribune » attendent également vos propositions.

La cause des migrants au péril de la montée des nationalismes :
quelles voies pour les organisations de solidarité internationale ?

Un dossier/Focus copiloté par Clara Egger, Professeure adjointe à l’université de Groningue et directrice des études du Master commun NOHA Erasmus Mundus
en action humanitaire internationale,

et Boris Martin, rédacteur en chef d’
Alternatives Humanitaires

La fin de la Seconde Guerre mondiale a ouvert un mouvement d’amplification de la coopération internationale particulièrement marquée depuis le début des années 1990. Un grand nombre d’organisations humanitaires, en France et au-delà, sont enfants de ce demi-siècle marqué par l’espoir d’une plus grande solidarité entre les peuples, les sociétés et les économies. En particulier, la cause des migrants a toujours été un des axes forts de ce projet de solidarité internationale. Or depuis 2015 et ce qu’il est convenu d’appeler la « crise migratoire », ce projet fait face à un fort courant politique contraire touchant tous les continents et caractérisé par une montée des nationalismes. Celle-ci, en ouvrant une « crise de l’accueil », s’est essentiellement cristallisée sur la problématique migratoire.

Qu’il s’agisse de l’élection de Donald Trump en 2016, faisant des musulmans et des Mexicains la cause des maux de l’Amérique, de Geert Wilders, leader du parti de la Liberté et ancien membre de la coalition gouvernementale voulant mettre fin à « l’islamisation » des Pays-Bas ou de Viktor Orban attelé à la construction d’un mur anti-migrants en Hongrie, ces partis ont en commun de parier sur une rhétorique isolationniste, nationaliste et raciste aux cœur des succès électoraux qu’ils engrangent depuis 2010. La France n’est pas épargnée et l’ouverture de la séquence électorale de 2022 est déjà marquée par la prépondérance des questions autoritaires et identitaires. En Asie, l’exode des Rohingyas fuyant la violence des autorités birmanes les a laissés sans statut ni protection au Bangladesh. En Amérique latine, la crise vénézuélienne a conduit le Brésil et l’Équateur à fermer leurs frontières.

Ce nouveau climat politique est déjà lourd de conséquences pour les acteurs humanitaires. En Norvège et en Suède – historiquement parmi les pays les plus généreux en termes d’aide internationale –, les débats parlementaires sur les montants à allouer à la solidarité internationale ont été particulièrement tendus et les engagements budgétaires sauvés in extremis de coupes drastiques. En Italie et en Hongrie, de nouvelles politiques criminalisent les actions de secours aux migrants. En France, le harcèlement policier des associations de secours aux migrants à la frontière italienne, qui a conduit des militants devant la justice pour « délit de solidarité », reste quotidien, les militants d’extrême-droite exploitant à leur manière la situation.

Dans de nombreux pays, la gestion de la Covid-19 a conduit à réduire le champ et les possibilités d’action des associations de solidarité internationale, les personnes migrantes et déplacées continuant d’être particulièrement ciblées au mépris, bien souvent, de leur situation sanitaire. À l’image de leur prise en charge sociale et politique, sujet passé sous les radars de l’actualité à la faveur de la crise, les perspectives qu’ouvrent le « monde d’après » font craindre de nouvelles restrictions pour l’action de la société civile internationale.

Ce numéro propose d’initier une réflexion sur ces sujets en analysant comment les organisations humanitaires, en France et au-delà, continuent leur action auprès des migrants, dans quelles conditions et selon quels rapports avec les autorités et en se demandant si elles peuvent/doivent influencer les cadres politiques dans lesquels s’inscrit l’action humanitaire. À travers le prisme de la question migratoire qui traverse une grande partie du champ humanitaire, il s’agit plus globalement de s’interroger sur les modalités qui pourraient permettre de remettre la solidarité internationale, largement mise à mal par cette pandémie, au cœur des débats nationaux et internationaux.

Appel à contributions pour la sixième conférence de l’IHSA

Nous publions ci-dessous l’appel à contributions en anglais de l’International Humanitarian Studies Association (IHSA) pour sa sixième conférence annuelle, qui se déroulera à Sciences Po Paris en novembre 2021 et dont Alternatives Humanitaires sera partenaire média. Les propositions en français sont également les bienvenues.

Every other year, the International Humanitarian Studies Association (IHSA) organises a conference on humanitarian studies. IHSA Conferences bring together a wide range of academics and practitioners that exchange knowledge on different topics within the field of humanitarian studies.

After Groningen, Boston, Addis Ababa, Istanbul and the Hague, the 6th International Humanitarian Studies Conference will be held on 3-5 November 2021 in Paris, France, in collaboration with Sciences Po, with a significant scientific implication of the Centre for International Studies (CERI) at Sciences Po. The Conference’s main theme will be:

New Realities of Politics and Humanitarianism: Between Solidarity and Abandonment

Following its Call for Panels, the IHSA has now opened its Call for Papers, which runs until 1st September 2021. The IHSA invites papers that address the proposed panels available here.

For more information on how to submit a paper (steps, presentations, style), click here.

Humanitarian Alternatives will be a media partner to the event.

Appel à contributions pour le N°17 d’Alternatives Humanitaires

Dans la perspective de son 17e numéro à paraître en juillet 2021, la revue Alternatives Humanitaires lance un appel à contributions pour son dossier qui sera consacré au thème dont le titre provisoire est « Recherche et humanitaire : les défis d’une collaboration ». Si vous êtes intervenant, chercheur ou observateur du milieu humanitaire international, et souhaitez soumettre un projet d’article sur ce thème, merci d’adresser un résumé de votre problématique et un plan provisoire (2 pages maximum) à l’adresse mail suivante avant le 15 février 2021 : contact@alternatives-humanitaires.org. Une réponse vous sera adressée le 1er mars 2021 au plus tard.

L’article final devra être rendu avant le 31 mai 2021, le calibrage moyen se situant aux alentours de 15 000 signes, espaces compris (soit 2 400 mots environ). Six ou sept articles environ seront retenus dans le cadre de ce dossier.

Comme pour chaque numéro, les rubriques « Perspectives », « Transitions », « Innovations », « Éthique », « Reportage » ou « Tribune » attendent également vos propositions.

Recherche et humanitaire : les défis d’une collaboration

Dossier copiloté avec Valéry Ridde, directeur de recherches à l’IRD (France) et ISED/UCAD (Sénégal) et Daouda Diouf, directeur exécutif d’Enda-Santé (Sénégal)

Malgré de notables rapprochements et des travaux communs menés ces dernières années, les acteurs de la recherche et ceux de l’humanitaire continuent encore de se regarder avec méfiance. Les premiers sont encore parfois perçus comme des donneurs de leçons, bien installés dans leur tour d’ivoire quand les seconds seraient, aux yeux des chercheurs, bien en mal de réfléchir avant d’agir. Rares sont ceux qui, pour autant, dénient les qualités respectives des uns et des autres. Chacun reconnaît aux équipes de recherche, leur rigueur méthodologique, leur connaissance des théories et leur expertise de domaines (nutrition, santé, transport, ville, etc.) et de contextes (une zone, un pays, une société, etc.) nourries au temps long de leur implication. Nul ne conteste que les intervenants humanitaires disposent d’une capacité d’action et de réaction importante, de partenaires de terrain de longue date, et d’expertise dans la gestion et le suivi des projets ainsi que des valeurs humanistes. Mais tout le problème serait dans l’alliance de ces qualités pour travailler en commun et collaborer. Cette dichotomie des compétences et des connaissances est d’autant plus caricaturale qu’elle contribue trop souvent encore à l’ignorance réciproque ou à la sous-valorisation des travaux menés en commun.

Celles et ceux qui connaissent ces deux mondes savent bien que ces visions caricaturales sont dépassées. De nombreuses personnes issues de l’un des deux mondes naviguent entre ces derniers. Beaucoup des chercheurs actuels sur l’humanitaire étaient hier volontaires ou salariés en ONG. Des partenariats entre équipes de recherches et ONG se sont révélés féconds. On a même vu des universités créer des unités pour mettre en œuvre des interventions humanitaires tandis qu’on ne compte plus les ONG créant des départements ou des fondations destinées à la recherche sur l’humanitaire. Les frontières, hier réelles ou artificiellement entretenues, sont donc bien devenues poreuses entre ces deux mondes, surtout si l’on s’attarde moins aux institutions qu’à regarder la manière dont collaborent des personnes issues de ces deux univers.

Reste que ces collaborations ne sont pas exploitées à la mesure de leurs potentialités et au-delà des préjugés qui persistent. Et de fait, l’organisation des partenariats entre les humanitaires et la recherche n’est jamais facile. Mais cette collaboration ne deviendra réellement féconde que si, au niveau des instances respectives, chacun prend conscience qu’elle permettrait d’aller au-delà de ce qui a déjà été réalisé. La recherche peut en effet donner les moyens aux intervenants de fonder leurs actions sur des théories éprouvées et des données probantes afin de maximiser leur efficacité sur le terrain. Elle peut produire des connaissances sur leurs actions pour dépasser la reddition de compte du suivi-évaluation demandé par les bailleurs de fonds et monter en généralité pour plus de partage des leçons apprises et une meilleure capitalisation des expériences. Les humanitaires peuvent être des partenaires des équipes de recherche qui souhaitent tester des interventions dont leurs travaux montrent le potentiel d’efficacité et d’équité. Ils peuvent s’impliquer dans des processus de partage des données et résultats de terrain mais aussi de plaidoyer pour changer pratiques et politiques. Mais les embuches sont nombreuses et les défis de ce partenariat complexes. Ils sont évidemment institutionnels tant les deux types d’organisations sont porteurs de cultures opposées ne facilitant pas les collaborations. Les personnes qui les composent disposent aussi de formations très différentes. Si elles ont souvent en commun un regard critique sur le monde, elles voient sa transformation à des échelles temporelles bien différentes qui ne demandent qu’à se compléter. Enfin, il ne faut pas négliger le fait que les possibilités d’influences négatives, voire de manipulations, sont aussi nombreuses, notamment lorsque l’on connaît l’importance des bailleurs de fonds dans le financement des acteurs de ces deux mondes.

C’est à cette réflexion générale sur les relations entre le monde de l’humanitaire et celui de la recherche que nous souhaitons vous convier dans le cadre de ce dossier spécial de la revue Alternatives Humanitaires. Nous souhaitons qu’il permette aux acteurs de ces deux mondes, comme à leurs observateurs, de proposer des réflexions pratiques et théoriques sur ces questions. Nous espérons notamment esquisser des réponses aux questions suivantes :

  • Quels défis dans la collaboration entre la recherche et l’humanitaire ?
  • Quels processus pour renforcer la collaboration entre la recherche et l’humanitaire ?
  • Comment mieux former les acteurs de ces deux domaines pour une meilleure collaboration ?
  • Quelles influences (positives/négatives) peuvent émerger dans ces partenariats ?
  • Comment la recherche peut collaborer avec l’humanitaire tout en gardant son indépendance et sa rigueur ?
  • Comment l’humanitaire peut collaborer avec la recherche sans subir le temps long de la production des connaissances ?
  • Comment les enjeux de pouvoir sont-ils pris en compte dans ces collaborations ?
  • Quelles spécificités des partenariats Nord/Nord, Nord/Sud, Sud/Sud ?
  • Quels sont les enjeux institutionnels et individuels de ces collaborations ?
  • Comment les influences réciproques et les liens/conflits d’intérêt sont pris en compte ?

Les articles attendus sont compris comme des partages d’expériences, des textes réflexifs permettant aux auteurs de partager des leçons de leurs expériences. Il n’est pas attendu de textes théoriques mais les auteurs doivent ancrer leurs analyses dans une démarche rigoureuse et fondée sur des données de terrain.