Archives de catégorie : Numéro 15 – Novembre 2020

Sommaire – N°15

Editorial    
  Boris Martin et François Grünewald L’histoire sans fin p. 1
Perspectives
  Joël Glasman L’invention de l’impartialité : histoire d’un principe humanitaire, entre raisons juridique, stratégique et algorithmique p. 8
Focus : Covid-19 : Retours d’expériences et enjeux d’avenir
  Emmanuel Baron et Michaël Neuman Communiquer et convaincre : un regard d’humanitaires sur la réponse française à l’épidémie de coronavirus p. 24
  Olivia Nevissas, Aurélie Tinland, Cyril Farnarier, Emilie Mosnier et Marine Mosnier Les personnes en situation de sans-abrisme face à la Covid-19 : étude sur des éléments d’une praxis humanitaire chez des acteurs associatifs de Marseille p. 35
  George Foden Apprendre de la Covid-19 : l’inextricable lien entre la santé et le logement p. 48
  Irène Sesmaisons L’impact de la Covid-19 sur les organisations de la société civile africaine p. 59
  Marie-Claude Savard, François Audet et Marie-Pierre Leroux La localisation de l’aide au prisme de la Covid-19 : question de choix ou dernier recours ? p. 68
  Candice Holt, Xiomara Hurni-Cranston, Lamiya Mahpara Ahmed et Federica Mastroianni Collecte de données : les leçons tirées de la pandémie de Covid-19 dans les camps de réfugiés rohingyas de Cox’s Bazar au Bangladesh p. 79
  Diane Alalouf-Hall, Yvan Conoir, Jean Marc Fontan, David Grant-Poitras et Stéphanie Maltais Entre menaces et opportunités : la réponse canadienne face à la Covid-19 p. 94
  Madhushala Senaratne Réinventer la mise en récit à la faveur de la Covid-19 ? p. 116
Transitions      
  François Sennesael Représentation d’autrui faussée, modernité négligée et partenariat tronqué : pourquoi il faut décoloniser le plaidoyer humanitaire p. 128
Tribune    

   
  Philippe Ryfman Se donner les moyens de lutter contre l’impunité des agresseurs de travailleurs humanitaires p. 144
Reportage
  Bruno Cabanes   « Photographie humanitaire » : le point de vue d’un historien p. 152
Culture        
Brax   Les très pauvres, premières victimes de la pandémie ? p. 171
Livres   Le nerf de la guerre // Un printemps qui dure // Approche alternative du changement // L’histoire à rebrousse-poil // 40 ans de Solidarités International // 40 ans de Médecins du Monde p. 172

40 ans de Médecins du Monde

La belle histoire
Boris Martin
Éditions Médecins du Monde, 2020

Le mot de l’éditeur

En 2020, Médecins du Monde fête ses 40 ans. L’âge de la maturité peut-être, l’occasion surtout de revenir sur ce qui fonde l’association, de passer en revue les épisodes marquants de son histoire et de faire ressortir les lignes de force de son action, déjà énoncées il y a quatre décennies.

« Aller là où les autres ne vont pas, témoigner de l’intolérable et travailler bénévolement ». Telle est la profession de foi contenue dans ce « serment des égaux » que 43 personnes paraphèrent un jour de 1980 dans un amphithéâtre de l’hôpital Broussais, à Paris. Réunissant anciens du Biafra, déçus de Médecins Sans Frontières, jeune garde issue de l’opération Île de lumière en mer de Chine, médecins, journalistes ou photographes, cette assemblée donnait le jour à un nouveau venu dans la petite famille des humanitaires français. Mélange de déterminisme militant, d’enthousiasme triomphant et d’improvisation bon enfant, Médecins du Monde était né.

L’auteur est rédacteur en chef de la revue Alternatives Humanitaires.

L’ouvrage est consultable et librement téléchargeable en ligne.

40 ans de Solidarités International

Aider plus loin. 40 ans de crises, 40 ans d’actions
Pierre Brunet et Tugdual de Dieuleveult
Éditions Autrement, 2020

Le mot de l’éditeur

Afghanistan, 1980. Face à la guerre imposée par l’invasion soviétique, un groupe de jeunes Français part secourir la population. À pied ou à cheval, franchissant clandestinement la frontière, ils vont porter une aide dans les régions les plus reculées. De cet engagement humanitaire inédit naît Solidarités International. 40 ans après, l’ONG est active dans 18 pays, partout où les besoins existent. Elle vient ainsi en aide à plus de 4 millions de bénéficiaires chaque année, victimes de guerre, d’épidémie ou de catastrophe naturelle. Ce livre se veut le témoin de ces 40 années d’actions, grâce aux récits de son fondateur Alain Boinet et de ses compagnons de route – Gérard d’Aboville, Patrice Franceschi, Bernard Kouchner, Bernard Pivot –, mais aussi de ceux des personnes en danger et des équipes de terrain. Au-delà, il éclaire les défis nouveaux, ceux de l’humanitaire de demain. Ainsi se dessine l’histoire d’une exceptionnelle aventure humaine, réponse audacieuse aux multiples crises qui bouleversent notre monde.

L’histoire à rebrousse-poil

Décolonisations
Pierre Singaravélou, Karim Miské et Marc Ball
Éditions du Seuil, 2020

Le mot de l’éditeur

La décolonisation commence au premier jour de la colonisation. Dès l’arrivée des premiers Européens, les peuples d’Afrique et d’Asie se soulèvent. Personne n’accepte de gaîté de cœur d’être dominé. Mais pour recouvrer un jour la liberté, il faut d’abord rester vivant. Face aux mitrailleuses des Européens, les colonisés reprennent la lutte sous d’autres formes : de la désobéissance civile à la révolution communiste, en passant par le football et la littérature. Un combat marqué par une infinie patience et une détermination sans limite. Cette longue lutte constitue l’objet de ce livre qui, restituant le foisonnement des recherches universitaires, propose avant tout un nouveau récit entraînant. Une épopée inoubliable qui nous fait découvrir des héroïnes et des héros inconnus ou oubliés de cette histoire douloureuse : Manikarnika Tambe, la reine de Jhansi qui mena ses troupes à l’assaut des Britanniques en Inde, Mary Nyanjiru, l’insurgée de Nairobi, Lamine Senghor, le tirailleur sénégalais devenu militant anticolonialiste à Paris. Au fil des pages, nous rencontrons des personnages plus familiers : l’Algérien Kateb Yacine, l’Indien Gandhi, les Vietnamiens Giap et Ho Chi Minh. Avec eux, un vent de résistance emporte le monde et aboutit à l’indépendance de presque toutes les colonies dans les années 1960. Mais à quel prix ? Dans l’Inde atomique d’Indira Gandhi, dans le Congo soumis à la dictature de Mobutu ou dans un Londres secoué par les émeutes des jeunes issus de l’immigration, cette histoire des décolonisations démontre à quel point il est crucial de la raconter aujourd’hui.

Approche alternative du changement

Development, Humanitarian Aid, and Social Welfare. Social Change from the Inside Out
Cornelia Walther
Palgrave Pivot, 2020
[Publié en anglais]


Humanitarian Work, Social Change, and Human Behavior. Compassion for Change
Cornelia Walther
Palgrave Pivot, 2020
[Publié en anglais]

Le mot de l’éditeur

Le premier ouvrage examine la manière dont le comportement humain est façonné par nos aspirations, émotions, pensées et sensations et, à l’inverse, la manière dont les expériences qui découlent de notre comportement ont un impact sur nous-mêmes, sur autrui, et sur la planète. Ce livre présente une analyse des interactions constantes entre ces quatre strates et propose des solutions pratiques visant à systématiquement créer une dynamique de changement social durable. Il démontre pourquoi le changement, en plus des transformations économiques et politiques à l’échelle macro, commence par des changements d’état d’esprit à l’échelle micro. Ainsi, il met en exergue le chaînon manquant entre les efforts en faveur de l’autonomisation personnelle et ceux en faveur du bien-être collectif. L’analyse repose sur un nouveau paradigme théorique s’inscrivant dans la perspective d’une « connexion continue entre corps, esprit, cœur et âme ». Partant de l’idée qu’une société équitable peut profiter à tout un chacun, l’auteur défend l’argument selon lequel les efforts mis en œuvre pour les autres portent leurs fruits à trois niveaux : celui de la personne qui agit, celui de la personne pour laquelle l’action a été réalisée, et celui de la société.

Le deuxième livre part du principe que l’existence humaine découle des interactions entre quatre dimensions, à savoir l’esprit, le cœur, le corps et l’âme, lesquelles s’expriment par les pensées, les émotions, les sensations et les aspirations. Combinant théorie et pratique, et incluant les enseignements tirés de l’expérience personnelle de l’auteur – qui a travaillé pendant vingt ans dans le secteur humanitaire en zones sinistrées –, l’objectif de ce texte est de permettre au lecteur de comprendre (pensée), de ressentir (émotions), d’expérimenter (sensations) et de vouloir faire partie d’un changement de paradigme axé sur le changement aux niveaux local et global (aspirations). Cet ouvrage propose une méthodologie visant à optimiser les interactions entre les personnes, les institutions et les sociétés dans lesquelles elles travaillent, fondent une famille, et tentent de réaliser leurs rêves. En outre, il cherche à redonner du sens à la vie quotidienne et aux organisations humanitaires. Son principal message est le suivant : un monde meilleur n’est pas et ne devrait pas être une idée abstraite et absconse, mais quelque chose qui se trouve entre les mains de tout un chacun.

Traduit de l’anglais par Méline Bernard

Un printemps qui dure

La face cachée des sociétés civiles au Maghreb
Emmanuel Matteudi, Fatima Chahid-lapeze et Martin Pericard
Préfaces de Tahar Ben Jelloun et Benjamin Stora
Éditions de l’Aube, 2020

Le mot de l’éditeur

Le monde ne cesse d’être bousculé par la montée en puissance des sociétés civiles qui se révoltent contre les injustices, les puissants, la manière de gouverner, mais aussi pour davantage de libertés, de démocratie et de considération vis-à-vis de notre planète. C’est à la relecture des bouleversements tunisien, marocain, puis plus récemment algérien, que nous convient les auteurs, qui interrogent et observent les faces « cachées » de l’expression citoyenne.

Le nerf de la guerre

0,03 % ! Pour une transformation du mouvement humanitaire international
Pierre Micheletti, préface de Xavier Emmanuelli
Éditions Parole, 2020

Le mot de l’éditeur

Une très large proportion de l’action humanitaire est consacrée à des zones de conflit. Chaque année, sur tous les continents, entre 100 et 200 millions de personnes dépendent d’une aide extérieure vitale pour leur survie.

La solidarité internationale d’urgence se déploie au nom du principe fondamental d’une commune humanité entre les aidants et les aidés. Elle se débat pourtant face à des difficultés qui l’exposent à la paralysie. Elle n’arrive pas à réunir les ressources financières annuelles qu’il conviendrait de mobiliser. Les équipes sont confrontées à la suspicion voire à la violence des belligérants. Les lois antiterroristes ne tiennent pas compte des réalités auxquelles sont confrontés les humanitaires, et alimentent leur insécurité.

Après avoir démêlé l’écheveau complexe des différents acteurs, puis analysé les ambiguïtés qui hypothèquent désormais la démarche humanitaire, Pierre Micheletti dresse une liste de 10 propositions pour préserver une capacité à agir et éviter le risque d’instrumentalisation par les grandes puissances.

Dans le sillage de la pandémie de la Covid 19, et de ses graves effets sur la situation économique mondiale, la première de ces propositions concerne un changement radical dans le financement des secours. Un chiffre la résume, qui donne son titre à cet essai : 0,03 %…

« Photographie humanitaire » : le point de vue d’un historien

B. Cabanes

Bruno Cabanes est historien, spécialisé en histoire contemporaine. Il occupe la chaire Donald G. and Mary A. Dunn d’histoire de la guerre à l’Ohio State University, aux États-Unis. Auteur de nombreux ouvrages sur la Première Guerre mondiale et la sortie de guerre, il a notamment publié The Great War and the Origins of Humanitarianism, 1918-1924 (Cambridge University Press, disponible seulement en anglais), qui a reçu le prix Paul Birdsall 2016 décerné une fois tous les deux ans par l’American Historical Association. Aux Éditions du Seuil, il a dirigé en 2018 le volume collectif Une histoire de la guerre du XIXe siècle à nos jours. Mais c’est encore pour un autre ouvrage, publié en 2019, toujours aux Éditions du Seuil, que nous souhaitions échanger avec lui. Il s’agit du livre Un siècle de réfugiés, sous-titré Photographier l’exil. Continuer la lecture

Se donner les moyens de lutter contre l’impunité des agresseurs de travailleurs humanitaires

P. Ryfman

Philippe Ryfman Spécialiste des questions non gouvernementales et humanitaires

Un été meurtrier. Les nombreux assassinats de travailleurs humanitaires survenus ces derniers mois ont relancé le débat dans le milieu de l’aide. À l’acceptation des risques et au renforcement des protocoles de sécurité, faut-il ajouter des mesures de protection juridique ? Philippe Ryfman expose son point de vue, en s’interrogeant sur une qualification spécifique et en mettant l’accent sur le scandale de l’impunité. Continuer la lecture

Représentation d’autrui faussée, modernité négligée et partenariat tronqué : pourquoi il faut décoloniser le plaidoyer humanitaire

F. Sennesael

François Sennesael Université d’Oxford (Royaume-Uni)

L’appel à décoloniser de très nombreux domaines de la vie sociale se fait de plus entendre dans le secteur de l’aide internationale. Pour l’auteur, un des chantiers devrait concerner le plaidoyer qui, selon lui et avec de forts arguments, reste ancré dans le système de représentation d’autrui forgé au début du XXe siècle. Continuer la lecture